Sept longues années… Friday, Mar 23 2012 

Sept longues années… © 2007, par Michel A. Di Iorio


Salut, mon petit,

Je suis allé, comme c’est rendu ma coutume, te rendre une visite, et ces lignes me sont venues à l’esprit…

Sept longues années… © 2007 par Michel A. Di Iorio

Sept longues années sont venues se greffer
aux jours calendriers;
mes joies et peines ont remodelé
le temps en bouclier.

Les larmes versées m’ont buriné
de grands ruisseaux en chair;
en flot de pleurs, cette grande saignée
s’écoule de mon enfer.

J’emprunte la route des grandes poussières,
passée aux oubliettes;
les noms gravés sur pierres austères
se lisent sur petites vignettes.

Je tourne le coin en saluant
ton grand copain, Émile;
j’installe ma chaise en grimaçant,
dans l’herbe du mois d’avril.

J’te cause un tout petit peu de rien,
le temps d’un court moment;
nos voix s’unissent en doux refrain,
comme ça se faisait dans l’temps.

Enfin, je me lève pour caresser
les lettres gravées sur pierre;
une vie ciselée en résumé
se lit au cimetière.

Sept longues années sont venues se greffer
à ma mélancolie;
sept longues années trop vite passées
sans toi, mon pauvre petit !

Chu allé t’voir…

Sept longues années… © 2007, par Michel A. Di Iorio

Chu allé t’voir… Friday, Mar 23 2012 

Chu allé t’voir… © 2007, par Michel A. Di Iorio


Salut, mon petit,

La grève (lockout) perdure, et les corps s’accumulent dans les voûtes de camions réfrigérés – comme s’il ne s’agissait que de carcasses de viande. Les familles éprouvées s’unissent afin de poursuivre les coupables d’une telle insulte.

Je suis allé te voir, et l’état lamentable du cimetière m’a fait brailler de honte et de peine. Je venais de sortir de l’hôpital et quoiqu’il me manquait des forces, je me suis mis à arracher cette herbe envahissante de mes propres mains comme un déchaîné; ta présence auprès de moi m’a fait éviter un drame, car l‘ange… c’était toi!

Voici donc comment je l’ai vécu :


Chu allé t’voir… 


‘Chu allé t’voir mon fils, because…

Ton lit s’trouvait sous deux pieds d’herbe
qui recouvrait ton doux repos;
de mes deux mains, d’humeur acerbe,
j’ai supprimé tout ce grand chaos.

En révolté, j’ai arraché
les brindilles d’herbe envahissantes;
à chaudes larmes, j’ai du laver
ta pierre tombale réconfortante.

‘Chu allé t’voir mon fils, because…

Ça pas d’allure de constater
la négligence d’une société,
ni celle d’la maudite sainteté
chargée de bien s’en occuper.

J’ai vite franchi la grande barrière,
mais personne n’osait plus bouger;
les employés du cimetière
avaient un ange à leurs côtés.

‘Chu reparti mon fils, because…

‘Chu retourné c’t-après-midi
pour continuer à désherber;
cette fois, les p’tites sont venues aussi
avec Pappy, juste pour m’aider.

Avant d’quitter, elles ont touché
ton nom, comme moi, d’leurs petits doigts;
elles voulaient juste te saluer,
par un p’tit geste d’amour pour toi.

‘Chu allé t’voir mon fils, because…

Enfin, il n’y avait plus personne
pour embêter les éprouvés;
comme si les anges, vêtus d’colonnes,
les avaient tous redéployés…

‘Chu allé t’voir mon fils, because… tu me manques !

˜
Chu allé t’voir… © 2007, par Michel A. Di Iorio

The Last Joint… Friday, Mar 23 2012 

The Last Joint… © 2006, by Michel A. Di Iorio


«Bridges have broad backs and large bellies! Mine must have washed out, leaving but the loneliest vestiges of disappointment and failure, so I lit up the last joint, thinking of you… »

The matchstick smoke swirls to the light and expires,
taking with it, the moment, to final unrest;
it surrenders its life in a flame of protest,
consuming my soul in the warmth it inspires.

The tormented fumes dance and sway to a beat
that no one else hears in the silence of night.
Despite a succession of tunes to requite,
the silence engendered is soothingly sweet.

«Women are like taxicabs – usually busy and typically late! Mine had other plans, so once I realized I was spending my life alone, I lit up the last joint, thinking of you… »

The fumes work their magic in waves that unfold,
and transport me to places that I’ve never been;
distilled in a bottle of tonicless gin
that empties to chaos in stories untold.

I visit the future but live in the past;
my present is but a distraction in time,
like words to a poem I’ve fashioned to rhyme,
in a song to the ageless, intended to last!

« A last joint is like an old book… when you need an old friend or a comforting shoulder! Well, I guess it was time for both, so I lit up the last joint, thinking of you… »

˜
The Last Joint… © 2006, by Michel A. Di Iorio

Tu aurais eu 26 ans… Friday, Mar 23 2012 

Tu aurais eu 26 ans… © 2005, par Michel A. Di Iorio

˜

Le temps coule du goulot de mon vieux sablier
comme le flot de ma vie qui s’écoule vers la mer;
et ta fête se proclame sur mon calendrier,
quoiqu’inscrit dans mon cœur – mon portail vers l’enfer.

Une année se rajoute et se greffe à ma barbe
qui adopte, comme saveur, la vanille de l’hiver;
et ta fête prend l’allure d’un convive qui cauchemarde,
quoiqu’il croit devenir son propre tortionnaire.

Je me retrouve entre quatre murs, le cœur vide comme mon verre,
en pleurant ton absence au son de ta guitare;
je feuillette tes albums d’empressements littéraires,
et je caresse chaque mot de mes doigts, en buvards.

26 ans se soulignent dans les cœurs des anciens,
et chacun l’articule en doux souvenir de toi;
moi, je couche mes pensées sur un lit shakespearien,
pour te dire que je t’aimerai toujours, mon petit roi.

Joyeux anniversaire,

˜

Tu aurais eu 26 ans… © 2005, par Michel A. Di Iorio

Shadows of my Life Friday, Mar 23 2012 

Shadows of my Life © 2006, by Michel A. Di Iorio

˜

A moment in time, as defined by my age
sprang forth from the leaf of a yellowing page.
Nostalgia returned like old dust, loosely swept
under rugs, or a drop from my pail of neglect.

The loves of my life have all withered away
leaving loneness, where once there was passion and play.
The lessons withdrawn came with pain and a scar,
and the loneliness found in a cookieless jar.

I’ve cried for a father and buried a son,
but, just when I thought that my crying was done,
Nostalgia caught up with me, claiming her dues…
from my faucet of tears, flowed a river of blues.

I gazed at the calendar, noting the date
that was fused to the timetable lining my fate.
I’ve lived many lifetimes, rolled into but one
in cadence with shadows, whose daylight had come.

My failures outnumbered successes by far,
their lessons distilled in a cookieless jar.
In time with oblivion, seasoned with fame,
I rose from their ashes to dance in their flame.

I tired of losing to transient dreams;
irrelevant arguments, riddles and schemes.
I’ve since learned to live with myself as a mate;
my ego being all that I’ve left to deflate.

A smile finds its way to my weathered old face
where it sits unaware, in an unshaven place.
It masks all I’ve said from a worldly debate,
and shields me from questions I’d rather abate.

˜

Shadows of my Life © 2006, by Michel A. Di Iorio

Adrift Friday, Mar 23 2012 

Adrift © 2005, by Michel A. Di Iorio

Adrift on an ocean of castaway dreams,
my heart pens an essay ordained to portray
a record of promises, failures and schemes,
engraved in a lifetime of troubled array.

I’ve anchored my heart to the sins of my past,
and fashioned my raft from too many goodbyes.
The waves of humility grew to forecast
the tsunamis life sent me to purge and revise.

Regrets plague my acumen, tailored with shame,
as they color my heavens in shades of remorse.
My dreams turn to nightmares that burn in a flame
born of tormented scenes that I daren’t endorse.

I scream like a foghorn, though nobody hears
the distress in my voice as I wither and weep.
I search out the warmth of my own frosted tears
on my pillow; adrift in oblivious sleep.

Adrift © 2005, by Michel A. Di Iorio

Lonelier to Live Friday, Mar 23 2012 

Lonelier to Live © 2006 par Michel A. Di Iorio

A wise man once said… « It is lonelier to live with someone you love, who can’t love you back, than it is to live alone! » On the other hand, Emancipation Alley is a lonely road to walk…
We were children who played on the edge of tomorrow;
two Boomers who shared different rails of a track.
We grew up in shadows of laughter and sorrow;
too young to know better, too old to turn back!

We levied adventure with laughter and heartache,
collecting our moments of glory and fame.
The rails to adulthood were dubbed, ‘Give and Take’,
so, the taking was given in frolic and game.

We were cousins who knelt to convention’s device;
in a whim of nostalgia, we chose different mates.
Though the rails of our track intertwined once or twice,
on the journey of lovers, we lived different fates.

When our lives had extracted the sweat that was due,
the rails of our track paralleled once again.
It was time for a breather from life’s retinue;
with my dream as companion, I feathered my pen.

I penned many letters and verses in rhyme,
to describe what I’d veiled from both lovers and wives;
I’d pledged my true love to a dream, lost in time,
and despite our estrangement, yet still, it survives!

For a time, I enjoyed the illusion imagined,
my heart went to places I’d not yet explored.
But soon, it was time for the wings of the wind
to release me, in hopes that I’d find my ripcord.

So, our rails disentwined for the journey to end,
and I went on my way, in the stillness of night.
On the rail of my heart, I had left my best friend;
on the other, the tale of a hot summer night!

Lonelier To Live, © 2006 by Michel A. Di Iorio

Lettre à ma fille Friday, Mar 23 2012 

Le 2 octobre…

Dix années se sont greffées à mon calvaire depuis la malheureuse descente aux oubliettes de mon petit homme; oui, dix longues années…  ce n’est pas mal pour un mort, n’est-ce pas? Le cynisme de mon propos ne connait d’égal que le profond chagrin qui me ronge à petites doses depuis son décès inattendu.

Mon cœur de père saigne…

Mort? Comme pour lui, la mort m’a rendu visite à cette date fatidique, mais contrairement à Sébastien,  elle ne m’a volé que ma joie de vivre, mon bonheur et ma sérénité paternelle… reléguant, pour un temps, mon cœur aux limbes de l’affectivité, et à l’enfer du manque d’estime de soi! Je ne peux donc être mort, car mon coeur de père saigne.

ELLE m’a donc laissé en vie… MOI!!!

En vie? Tout compte fait, j’étais aussi mort que lui. Il ne manquait plus que mon coeur cesse de battre pour officialiser l’évènement. La mort m’avait, indubitablement, ASSASSINÉ!

Mais, mon cœur de père saigne toujours…

Les déceptions et les tragédies que j’ai vécues ont contribué à alourdir mon cœur, mais la vie me réservait encore un dernier clin d’oeil et même un petit sourire ou deux. De toute évidence, elle m’avait réservé le meilleur pour la fin; comme un dessert décadent après un repas voluptueux, car tu m’as offert deux belles petites princesses pour m’occuper les esprits, et les loisirs.

ELLE (la mort) m’avait donc oublié… 

Au fil du temps, toi et les filles m’avez redonné une raison de sourire à la vie. Quant à la récidive perpétuelle du 2 octobre, elle sera invariablement responsable d’une certaine mélancolie chez moi; cependant, j’ai aussi de très bonnes raisons d’embrasser la vie.

Mon cœur de Pappy est comblé… 

Le 9 octobre 2010…

Ma fille Nadia volera en justes noces avec son prince charmant de 15 ans; monsieur Michael Decker. La célébration se fera devant leurs deux filles (Amilya et Alycia), leur famille élargie, proches et amis.

Mon cœur de père saigne toujours pour Sébastien… et j’accepte, malgré tout, qu’il en soit ainsi. En contrepartie, mon cœur se réjouit du privilège qui fut nôtre d’avoir une fille comme toi. Je suis tellement fier de toi, ma princesse, et surtout, je suis heureux pour toi et ta belle petite famille… MA famille!

Comme dirait ton frère : « Bonne vie! »

 

Ton Papa, qui t’adore plus que tout au monde. ;-))xxx

%d bloggers like this: